Archives 2010

Mon leitmotiv

Il n'y a d'obligatoire que la liberté : c'est la condition nécessaire au développement de tout être humain. Cette liberté rend possible la capacité de penser par soi-même, base de l'ouverture à l'autre. Ainsi, dans un échange d’idées, chacun peut avoir un point de vue différent sans pour autant rompre la communication.

Et aussi, pas d'identité sans liberté.

Enfin, le fondement de la vraie liberté est d'abord l'obéissance à Dieu.

Les vrais chiffres sur la méconduite sexuelle du clergé

Depuis que, dans les médias, j’entends parler les victimes, souvent d’une autre époque, de leurs abus sexuels par des frères ou des prêtres, j’ai toujours eu une réaction sceptique, à savoir que la preuve reste à faire, d’autant plus qu’en pratique, deux fois sur trois elle est sans fondement.

La Cour suprême du Canada vient d'autoriser Shirley Christensen à poursuivre ses démarches en Cour supérieure du Québec contre l’archevêché de Québec.

La poussière est quelque peu retombée depuis ce dernier jugement. Mais qu’en est-il du jugement public, alimenté par les médias, quant à ce sujet qui refait régulièrement surface depuis plus d’une décade ?

Voici des extraits d’une étude basée sur la réalité objective des cas d’abus sexuels sur des enfants (AES). À prendre en considération pour aider toute personne de bonne volonté à porter un jugement plus éclairé sur ce sujet épineux, toujours d’actualité. Dans cette étude les séquelles psychologiques ne sont pas déniées, mais mesurées à leur juste valeur.

ÉTUDE SCIENTIFIQUE, SUR LE TERRAIN, DES CONSÉQUENCES DE L'ABUS SEXUEL SUR ENFANTS (ASE)

EXTRAITS

Les hommes et les femmes ayant vécu un ASE ont un moins bon équilibre que les sujets témoins. Ensuite, bien qu’elles soient statistiquement significatives, ces différences sont faibles. Pour les hommes par exemple, 99,51% de la variation constatée dans les tests d'équilibre peut être expliquée par d'autres facteurs que l'ASE. Ce résultat montre qu'en général, contrairement aux idées reçues, l'ASE n'affecte pas de façon majeure le bien-être psychologique et sexuel des personnes qui l'ont vécu.
(...)

Lire la suite de Les vrais chiffres sur la méconduite sexuelle du clergé

Deux textes de Léandre Bergeron sur "l'obligation de la liberté"

« L’école est une vraie prison »

Léandre Bergeron, auteur, boulanger et ex-enseignant, considère l’école comme un lieu de cloisonnement. C’est l’une des raisons qui l’ont poussé à éduquer ses trois filles à la maison.

http://lafrontiere.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=138967&id=247

« For The Children’s Sake »

Translated from French by Pamela Levac (foreword by John Taylor Gatto)

A journal that chronicles a fascinating year in the life of a rural Quebec radical unschooling (life learning) family. Bergeron is a well-known author and activist who has long advocated for educational, political and social reform. And this book details many of his principles, while providing an inspirational look at how three young girls learn by living. Read an article the author wrote for Natural Life magazine in 1995 and an excerpt from the book that we recently published. Go here for more information about the book and to order online.

http://www.naturallifemagazine.com/9504/natchild.htm

Spiritualité personnelle & Pratique communautaire

Une nouvelle façon de pratiquer sa religion est apparue depuis la Révolution tranquille au Québec. Et ailleurs dans le monde, depuis mai ’68. J’ai senti, d’abord en moi-même, puis pressenti chez les gens que je côtoyais cette vague de refus d’entendre et de subir le discours moralisateur de l’église catho, le seul que l’on connaissait et vivait à l’époque, avant l’apport d’autres religions, dont celui dit du Nouvel Âge. Particulièrement dans le domaine de la sexualité d’après, entre autres, le discours des gens qui m’interpelaient. Encore vrai aujourd’hui. Pensons seulement aux récentes déclarations du Cardinal Marc Ouellet.

Je me suis mis alors à dénoncer cette religion fondée sur l’ignorance, la peur, la punition, comme dit une auteure d’un site Web (http://pages.videotron.com/brodel/). À écrire et à tenter d’innover. De trouver un moyen de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bassin, comme je me disais à l’époque. Ce qui m’a amené à la publication sur Internet de mon livre en 2003, livre dont les idées principales étaient déjà jetées dès 1963.

Lire la suite de Spiritualité personnelle & Pratique communautaire

Les dix "commandements" de l'éducation libre

1. Il faut s’asseoir sur ses principes jusqu’à ce qu’ils “pètent”. Se boucher les oreilles face à tous les courants de pensées pédagogiques. Rentrer en soi-même, agir en écoutant sa conscience critique.

2. Importance des apprentissages par le jeu. Donc, place au plaisir. Et à la manière enjouée lorsqu’on participe aux apprentissages.

3. Importance de laisser tranquilles les enfants dans leurs apprentissages (à noter qu’ils sont toujours en train d’apprendre, par centres d’intérêt qui durent de plus en plus longtemps). De leur foutre la paix. Ainsi, ils sauront nous foutre la paix.

4. Importance de montrer — v.g. par des moments d’intimité spéciale des parents — qu’il existe une relation particulière entre le père et la mère. L’enfant doit sentir que, sur le plan psychosexuel — et non sur le plan psychoaffectif — , il y a un espace réservé aux parents.

5. Liberté ne veut pas dire anarchie : bien au contraire. Mais la liberté se doit d’être surveillée, protégée.

Lire la suite de Les dix "commandements" de l'éducation libre

Ma principale préoccupation

Puisque l’Église catholique est tellement mise sur le banc des accusés, même rejetée, particulièrement ici, au Québec, je suis le premier à dénoncer ce qui me semble ne plus aller dans cette même Église.

Les obstacles enlevés, comme des mauvaises herbes, et une spiritualité renouvelée étant proposée, j’espère que notre peuple pourra voir toute la richesse spirituelle dont il se prive, ainsi que de la beauté esthétique de l’ « Institution » elle-même, ayant l’habitude de justifier son rejet par une question d’argent, à Rome. N’oublions pas que cette Église a Jésus-Christ comme fondateur. Et qu’il n’en a fondé qu’une seule. Cependant, a-t-on perdu la foi, non pas en Dieu (peut-être), mais en Jésus-Christ ?

Le Christ : toujours le Sage d'entre les sages ?

Tous les grands sages et prophètes orientaux sont bien et je les admire pour ce qu’ils sont, pour leurs paroles de sagesse encourageantes. Comme Gandhi, Bouddha, Ramana Maharshi, les sages de l’Himalaya, Sri Sri Ravi Shankar, pour n’en nommer que quelques-uns. Ils réconfortent, puisent dans le naturel, donnent confiance en soi, tiennent compte du corps. Les religions du Nouvel Âge s’en inspirent.

Cependant y a-t-il parmi eux des sages qui tiennent compte de la RÉALITÉ DU MAL dans le monde ? Guerres, meurtres, cataclysmes dus au réchauffement de la planète créé par nos surconsommations, pauvreté, systèmes économiques matérialistes ne recherchant que le profit. Bref, y en a-t-il qui nous parlent de toutes les atrocités du monde, bien réelles pourtant, qui appellent les plus grands secours. Qui parlent de toutes les blessures du monde, qu’ils prennent sur leurs épaules ?

Y en a-t-il parmi ceux-là qui ont été traités de fous, de schizophrènes ? Qui ont démontré qu’ils parlaient d’autorité, de celle de Dieu lui-même ? (N.B. L’existence de Dieu est une évidence naturelle. On ne peut pas démontrer qu’il n’existe pas. Qu’il s’appelle Yahvé, Elohim, Lumière qui luit dans les ténèbres, Allah, etc.).

Lire la suite de Le Christ : toujours le Sage d'entre les sages ?

Le pape et le sexe

Commentaire suite à l'article d'Yves Boisvert paru dans La Presse du 12 juin 2010. Pour voir cet article, en voici le lien : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201006/12/01-4289377-le-pape-et-le-sexe.php

M. Yves Boisvert
Chroniqueur à LA PRESSE

Bonjour M. Boisvert,

J’ai beaucoup apprécié votre chronique « Le pape et le sexe ». Vous avez une bonne plume. À la suite de votre texte sur les positions radicales de la hiérarchie catholique, j’ai pensé vous soumettre brièvement ce sur quoi, à mon avis, elles se fondent.

Le fondement évangélique du célibat des prêtres repose entre autres, à ce que je crois savoir, sur les paroles suivantes de l'Évangile qui disent qu' ‟il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux”.

L’Église catholique occidentale exige de ses prêtres qu’ils fassent non pas un vœu de chasteté, mais la “promesse” à leur évêque de ne pas marier, de demeurer célibataires. Les prêtres catholiques occidentaux sont libres de devenir prêtres, mais non de se marier ou pas. Cette règle disciplinaire est apparue tardivement dans l’Église occidentale, soit vers le 13e siècle, même au 11e siècle. L’Église catholique de rite oriental ordonne des hommes, mariés ou non.

Lire la suite de Le pape et le sexe