Critique du livre "Le Plus Grand Secret" de David Icke

Références ajoutées le 22 février 2013 :

http://david.icke.free.fr/

https://secure.gn.apc.org/members/www.bilderberg.org/phpBB2/viewtopic.php?t=889


Merci François de me demander mon appréciation du livre de David Icke
« Le Plus Grand Secret »
.

C’est un livre fort bien documenté qui, conjugué avec d’autres qui traitent de sujets analogues, nous permet de mettre en perspective nos propres convictions et croyances et même de les confirmer. J’ai déjà, dans les années 60 et 70, lu d’autres livres du même genre, qui nous forcent à réviser nos positions. Par exemple, pour commencer le livre de l’écrivain Léon Bloy « Celle qui pleure ». Puis les prophéties de Nostradamus et celles de Malachie. Les ouvrages de De Fontebrune, commentant Nostradamus. À la télévision, Ésotérisme expérimental animé par Richard Gleen, etc.

Les déclarations de David Icke sur les récits analogues et antérieurs à propos de Jésus-Christ et des Églises chrétiennes, en particulier celle de l’Église catholique, ne permettent pas, à mon avis, de conclure que Jésus-Christ est un mythe, qu’il n’a jamais existé historiquement. Qu’il y ait eu des histoires mythiques rapatriées par les Évangiles en particulier, ne me dérange aucunement. Au contraire.

Cela me fait penser à la théorie de l’Évolution, qui démontre notre parenté avec les singes. Cela ne me dérange aucunement, puisque, selon la même théorie, il y a mutation d’une espèce à l’autre. Nous avons beau dire que nous descendons du singe, cela ne nous permet pas de conclure que nous sommes des singes.

Je me demande alors pourquoi David Icke, à travers tout son livre et ses références, utilise comme tout le monde les dates basées sur la naissance de Jésus-Christ, fait qu’il ne conteste pas. C’est tout de même frappant de voir que le monde entier s’est mis à l’heure du calendrier grégorien (issu du calendrier romain de Jules César). Je sais bien qu’il existe d’autres calendriers, mais qui demeurent locaux.

Notre calendrier serait-il lui aussi d’origine mythique comme Jésus-Christ ? Cela serait possible si l’on était privé d’autres critères. Icke raconte que d’autres religions antérieures au christianisme ont cru à un sauveur mort sur la croix et ressuscité. Mais ce qui différencie la religion chrétienne, c’est que beaucoup de ses adhérents (apôtres), pour l’avoir proclamé, ont reçu en prime finale la peine capitale, assassinés par l’État. Exemples : Pierre et Paul, tous les martyrs qui marquent encore l’histoire de l’Église. Leur témoignage et leur proclamation n’avaient sûrement pas pour but de faire de l’argent !

Il me semble que les Évangiles valent bien d’autres livres mythiques quant à la question de la "fin du monde" et la “fin des temps”. Que les énoncés sont assez clairs. Entre autres, qu’ils nous mettent en garde contre les faux prophètes. Lire à ce sujet ce document dont voici un extrait :

Wikipedia : La fin du monde. À la différence de beaucoup d'eschatologies millénaristes (condamnées par les dogmes catholiques), l'eschatologie catholique n'attend pas une victoire glorieuse de l'Église sur cette terre. Bien au contraire, le Catéchisme de l'Église catholique (N° 675-677) enseigne que vers la fin, l'Église sera à l'image de son Seigneur crucifié, faible et méprisée du monde. Ce sera la Passion de l'Église, la seconde Passion du Christ, vécue dans son corps mystique qui est l'Église : « L’Épreuve ultime de l’Église - Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants (cf. Lc 18, 8 ; Mt 24, 12).

La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre (cf. Lc 21, 12; Jn 15, 19-20) dévoilera le " mystère d’iniquité " sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. L’imposture religieuse suprême est celle de l’antéchrist, c’est-à-dire celle d’un pseudo-messianisme où l’homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair (cf. 2 Th 2, 4-12 ; 1 Th 5, 2-3 ; 2 Jn 7 ; 1 Jn 2, 18. 22).676 Cette imposture antichristique se dessine déjà dans le monde chaque fois que l’on prétend accomplir dans l’histoire l’espérance messianique qui ne peut s’achever qu’au-delà d’elle à travers le jugement eschatologique : même sous sa forme mitigée, l’Église a rejeté cette falsification du Royaume à venir sous le nom de millénarisme (cf. DS 3839), surtout sous la forme politique d’un messianisme sécularisé " intrinsèquement perverse " (cf. Pie XI, enc. " Divini Redemptoris " condamnant le " faux mysticisme " de cette " contrefaçon de la rédemption des humbles " ; GS 20-21).

677. L’Église n’entrera dans la gloire du Royaume qu’à travers cette ultime Pâque où elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa résurrection (cf. Ap 19, 1-9). Le Royaume ne s’accomplira donc pas par un triomphe historique de l’Église (cf. Ap 13, 8) selon un progrès ascendant mais par une victoire de Dieu sur le déchaînement ultime du mal (cf. Ap 20, 7-10) qui fera descendre du Ciel son Épouse (cf. Ap 21, 2-4). Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier (cf. Ap 20, 12) après l’ultime ébranlement cosmique de ce monde qui passe (cf. 2 P 3, 12-13).

C'est donc une victoire par l'humilité et l'amour, une victoire qui se manifestera dans ce monde avec le retour du Christ, et s'établira tout de suite dans l'autre monde que la théologie catholique attend. Pas de royauté terrestre donc, mais au contraire une lente kénose jusqu'à la Parousie. Cette Venue du Christ attirera l'humanité entière, celle qui vivra au temps d'un dernier antéchrist, sauf ceux qui refuseront, vers le salut éternel.

Liens utiles :

À mon avis, un obstacle important du rejet de la religion catholique, est la condamnation éternelle à l’enfer de ceux qui meurent en état de « péché mortel ». Passe encore, par exemple, pour les grands malfaiteurs malicieux, mais pour de simples « mauvaises pensées » d’ordre sexuel et tous les autres comportements privés d’ordre sexuel, définis par l’Église au cours des siècles, particulièrement au Concile de Trente (1545-1563), c’est la pierre d’achoppement pour la plupart des catholiques dits non pratiquants. On pourra lire à cet égard ce que j’en pense dans mon livre publié sur Internet depuis mai 2003, lien déjà sur Facebook, mais que je te cite ici par commodité : http://www.dieu-est-chair.org/

Quand on me sert l’argument de l’argent, que l’Église catholique actuelle sert à la fois « Dieu et Mammon », je trouve ce genre de réponse irréaliste, simpliste et un moyen détourné des vraies raisons. L’Église terrestre universelle n’est pas angélique : elle a besoin d’un minimum de biens et d’argent pour fonctionner.

Ton feedback est sollicité.

François Brouillard
Merci M.Bachand, je ne m'attendais pas à un livre aussi tourné vers la religion. Je voyais plus le titre comme un livre dévoilant les dessous de notre politique douteuse.

Jean-Paul Bachand
Merci François de ton feedback. Je me permets de le commenter au bénéfice également de tous ceux que cela pourrait intéresser. Qui sait ?

Oui, je suis d’accord avec toi que le livre « Le Plus Grand Secret » détaille d’une façon très fouillée les... dessous des politiques mondiales, centrées sur l’économie et le profit (l’argent) à fond de train, politiques que l’on connait déjà superficiellement, justement par les religions et par l’observation de ce qui se passe dans le monde, disons depuis un siècle. C’est aussi un livre qui passe son temps à parler des religions mêlées aux politiques ou des politiques mêlées aux religions. Déception en un sens, parler des religions. Mais que voulez-vous, l’être humain est un être naturellement religieux et social, même celui qui se dit athée.

Ne pouvant commenter ce livre d’une façon exhaustive, je me suis attardé à montrer mon désaccord sur le fait que David Icke affirme que la religion catholique est fondée sur l’existence mythique de Jésus-Christ. Aussi pire que des psychiatres (il en existe au moins un au Québec) qui le déclarent schizophrène. Je trouve que l’auteur ne tient pas compte des preuves de son existence que beaucoup d’autres avant lui ont apportés. Par exemple, des historiens, comme Flavius Josèphe (voir ce document) témoignent de son existence réelle. Le témoignage d’une multitude de personnes qui ont suivi son commandement de la charité (la charité va au-delà de l’amour). Le témoignage de la survie de l’Église : aucune “institution”, aucun empire n’a à ce jour duré deux mille ans. Son fondateur l’avait prédit, malgré toutes les attaques des portes de l’enfer, des êtres (reptiliens) vivants sous terre (“enfer” veut effectivement dire “en dessous”).

David Icke pense que les chrétiens ne connaissent pas l’existence des êtres reptiliens. Début du dévoilement du Plus Grand Secret ? Pourtant, dès qu’on ouvre la Bible, les récits de la Genèse parlent du SERPENT TENTATEUR qui a menti au premier couple. Et que, par ce mensonge, le meurtre est entré dans ce monde. C’est bien ce que l’on voit à tous les jours à la télévision ou sur internet, par exemple actuellement en Lybie.

Je pourrais te référer à des textes innombrables qui font état des êtres des ténèbres, des démons, qui prennent forme humaine, qui se déguisent pour mieux nous berner, nous dominer. L’on n’a qu’à lire le Nouveau Testament sur internet. Le site suivant en est un exemple. On peut passer au travers en quelques soirées. Mais à la suite de David Icke, peut-on dire que certains préfèrent se mettre la tête dans le sable, « l’ignorance est (étant) béatitude, mais seulement pour un temps » ?

Bien sûr, ce livre mérite d’être lu (d’un œil critique cependant) pour nous stimuler à se faire une meilleure idée des enjeux politico-religieux déjà vécus et ceux qui nous attendent : beaucoup plus passionnant qu’un bon roman, mais autant que le Nouveau Testament.

Cordialement,
Jean-Paul Bachand, psychologue

Amicalement,
Jean-Paul Bachand

#1 dimanche 29 mai 2011 @ 22:32 Jean-Paul Bachand a dit :

@Hamy:
« Je salue ton intérêt quant à nos origines simiesques et
à celles d'autres humains d'origine reptilienne. David Icke affirme et démontre qu'il y a, parmi nos dirigeants, des êtres d'origine reptilienne extraterrestre qui ont forme humaine. Il admet aussi que les hominidés sont dans la lignée des singes, mais qu'ils s'en distinguent génétiquement.
Mais David Icke ne fait que bien documenter et détailler des réalités déjà connues depuis fort longtemps. Ne serait-ce que dans la Bible, particulièrement dans le volumineux "Ancien Testament". »

#2 jeudi 26 mai 2011 @ 10:39 Hamy a dit :

@ Jean-Paul
« j'ai 16 ans et je pense que David Icke dit la vérité car on descend ni du dinosaure ni du singe... »

Les commentaires sont fermés.