LES NOCES DE CANA, PÂQUE, LA MESSE, LE PARADIS

Méditation


Les noces de Cana, en ce début du ministère de Jésus, nous donne un avant-goût du Paradis. Jésus y a été invité, de même que Marie, sa mère, ainsi que les disciples déjà recrutés.

Le bon vin coule en abondance. Le vin de la vie donnée, le vin de la dernière Cène, le vin de la Messe, le vin des noces célestes.

Il vient à manquer : ne nous en faisons pas, le Seigneur de la Vie est avec nous à la Noce. Marie dit aux employés d’avoir confiance en son Fils, de faire selon ses instructions. Ils remplirent deux barils de cent litres, soit de 26 gallons chacun. Le gérant, ne se doutant de rien, goûte le vin : il est de la meilleure cuvée, du meilleur cépage. Il est tout étonné que l’hôte du mariage continue à servir le meilleur vin de sa réserve.

C’est ainsi du Paradis, commencé dès ici-bas : le Seigneur est avec nous; la Vie qui coule de l’Esprit surgit en abondance. C’est le Bonheur sans fin.

Ainsi en est-il du Royaume des Cieux dont nous croyons déjà en l’existence parmi nous, que nous espérons qu’il se poursuivra toujours, toujours aussi riche, que nous posséderons au-delà de la mort, du grand passage, grâce à la présence de Marie et du Roi de la Charité.

Marie est présente au dernier repas pascal, à la Messe, à l’heure de notre mort, dans l’au-delà : sous la forme du vin, de la vie donnée, au pied de la Croix.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 2, 1-11.

En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Les commentaires sont fermés.