Préambule



AU SOUTIEN DE MES PRINCIPAUX ÉNONCÉS, tout à fait nouveaux,
réprouvés avec véhémence jusqu'à la parution des suivants



Lc 1, 35 : L’Esprit Saint, l’amour, la femme

L'ordre de l'amour appartient à la vie intime de Dieu lui-même, à la vie trinitaire. Dans la vie intime de Dieu, l'Esprit Saint est l'hypostase personnelle de l'amour. Par l'Esprit, don incréé, l'amour devient un don aux personnes créées. L'amour qui est de Dieu se communique aux créatures: «L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné» (Rm 5, 5).

L'appel à l'existence de la femme aux côtés de l'homme («une aide qui lui soit assortie»: Gn 2, 18) dans «l'unité des deux» présente dans le monde visible des créatures des conditions particulières pour que «l'amour de Dieu soit répandu dans les cœurs» des êtres créés à son image.

Si l'auteur de la Lettre aux Ephésiens (5, 21-33) appelle le Christ l'Époux et l'Église l'Épouse, il confirme indirectement par cette analogie la vérité sur la femme en tant qu'épouse. [...] Le passage de la Lettre aux Ephésiens (5, 21-33) nous permet de penser à une sorte de «prophétisme» particulier de la femme dans sa féminité.

L'analogie de l'Époux et de l'Épouse évoque l'amour avec lequel tout homme est aimé de Dieu en Christ, tout homme et toute femme. Cependant dans le contexte de l'analogie biblique et en se fondant sur la logique interne du texte, c'est précisément la femme, l'épouse, qui manifeste à tous cette vérité.

Ce caractère «prophétique» de la femme dans sa féminité trouve dans la Vierge Mère de Dieu son expression la plus haute. À son sujet est mis en valeur, de la manière la plus pleine et la plus directe, le lien intime qui unit l'ordre de l'amour - qui entre dans le monde des personnes humaines par une Femme - et l'Esprit Saint. Marie entend à l'Annonciation les paroles: «L'Esprit Saint viendra sur toi» (Lc 1, 35).

Extraits de : Jean Paul II, Lettre apostolique Mulieris dignitatem, n°29, le 15 août 1988


N.B. Les mots en caractères gras sont de nous.



JEAN-PAUL II (1979-1984), Théologie du corps.

« L’acte sexuel est le langage authentique des personnes. » 
Jean-Paul II, Cité du Vatican, 22 août, 1984)

« La sexualité est un chemin privilégié pour comprendre le mystère de l’être intime de Dieu à travers le don absolu de soi-même (…). L’acte sexuel s’inscrit dans une véritable relation d’alliance qui constitue l’image par excellence des relations qu’entretiennent les trois personnes de la Trinité divine. Le Père, l’Amour donné ; le Fils, l’Amour reçu ; l’Esprit saint, l’Amour transmis. »

« L’homme est devenu image et ressemblance de Dieu non seulement à travers sa propre humanité mais aussi à travers la communion de personnes que l’homme et la femme forment dès l’origine. »



HADJADJ, Fabrice (2008), La profondeur des sexes. Pour une mystique de la chair, Paris : Seuil, 314 p « La vie conjugale, dès lors, reste le lit où se nouent les étreintes avec l'Éternel. »




Benoît XVI

Marie, épouse de l'Esprit-Saint, une catéchèse de Benoît XVI

En cette fête de Pentecôte du 23 mai 2010, Benoît XVI a proposé une méditation sur la relation particulière entre l´Esprit et Marie. Elle peut particulièrement nous aider à reconnaître la présence de l'Esprit dans nos vies, elle qui a " su l'attirer ".

« Lors de la Pentecôte, la Vierge Mère apparaît à nouveau comme Épouse de l'Esprit (…), a déclaré Benoît XVI. »

http://www.inxl6.catholique.fr/article3616.php



Benoît XVI

« Dieu s'est fait homme pour que nous devenions Dieu ».Saint Athanase d'Alexandrie, audience générale du 20 juin 2007.

St-Augustin

« Dieu s'est fait homme, afin que l'homme devînt Dieu. »

Adam de Perseigne, abbé cistercien (? -1221)

« Le Père des lumières (Jc 1,17) invite les fils de la lumière (Lc 16,18) à célébrer cette fête de lumière : « Approchez-vous de lui et soyez inondés de clarté », dit le psaume (33,6). De fait, « celui qui habite une lumière inaccessible » (1Tm 6,16) a daigné se rendre accessible ; il s'est abaissé dans la nuée de la chair pour que le faible et le petit puissent monter jusqu'à lui. Quelle descente de miséricorde ! « Il a incliné les cieux », c'est-à-dire les sommets de la divinité, « et il est descendu » en devenant présent dans la chair, « et un nuage obscur était sous ses pieds » (Ps 17,10)... »

Sermon 4 pour la Purification (trad. cf En Calcat).




Une toute nouvelle référence de janvier 2015

POUPARD, Bernard, La face humaine de Dieu. Particularité de la chrétienté, seule croyance acceptant l'idée que Dieu se soit incarné dans un corps, celui du Christ. http://www.laprocure.com/face-humaine-dieu-propos-moine-christ-chair-bernard-poupard/9782712213565.html