marie-mere-de-dieu-et-notre-mere

MARIE MÈRE DE DIEU ET NOTRE MÈRE

Méditation du jour

Ève ayant mangé la première du fruit de l’arbre défendu ternit la réputation de toutes les femmes. Monsieur Adam ayant suivi sa femme s’en tire mieux.

Aujourd’hui, c’est la fête de la Vierge Marie. Cette fête commence bien la nouvelle année.

Mais voilà, Marie, la nouvelle Ève, devenant la mère de Dieu fait chair est bénie entre toutes les femmes. En elle, toutes les femmes sont donc bénies. Ô heureuse faute qui a valu aux femmes une réputation plus que complètement rétablie, même au-dessus de Joseph qui a un rôle bien effacé devant celui de Marie.

Le vrai nom de Marie est la Vierge Marie. Toujours vierge avant, pendant et après l’accouchement de Jésus. Qu’est-ce que cela veut dire? Est-ce une dévalorisation de l’acte conjugal dont nous avons tous été conçus, y compris les grands de ce monde? Et dont nous sommes tous nés?

La Virginité de Marie accolé à son nom d’une façon inséparable, qualifiant son identité propre, se situe sur un tout autre plan : sur un plan que l’on disait autrefois surnaturel, c’est-à-dire, sur le plan de notre destinée éternelle qui, rappelons-le, est de vivre dans l’intimité de la Trinité, de la voir face à face.

Voir quelqu’un face à face, c’est quoi? C’est dialoguer avec lui, c’est se parler. Comme il y a la Parole en Dieu, comme il y a le Verbe, il y a aussi la Parole en nous, le Verbe. C’est ce qui nous distingue des animaux, qui ont une âme, mais non une âme dérivée de l’Esprit, non une âme spirituelle, qui seule rend capable de parler. Cela, même si les animaux ont une forme de langage, mais non verbal, incapable de raisonnement.

La Virginité de Marie signifie qu’elle a eu foi en Dieu, qu’elle y a mis sa confiance, comme une fille envers son père, qu’elle a mis Dieu dans toute sa vie. Ainsi, la vie de Dieu a coulé en elle et y coule pour l’éternité. Et cette vie, elle peut nous la communiquer comme une mère qui transmet la vie à son enfant, mais comme une mère qui transmet aussi la vie du père, ici, pour Marie, celle du Père des Cieux.