massacre-des-enfants

LE MASSACRE DES ENFANTS

Méditation du jour

Le roi Hérode a fait tuer, par dépit et fureur tous les enfants en bas de deux ans de Bethléem et des alentours. Les Mages l’avait fourvoyé sur la fuite de Joseph et de sa famille en Égypte. Joseph, ayant eu une intuition d’origine religieuse, avait vu venir le coup de sorte qu’il évita à Jésus de faire partie de ce carnage.

Dans la lignée de Noël, le massacre des Saints Innocents envoie comme message que Jésus est venu apporter le glaive sur cette terre. Son attitude de Bonté jusqu’à la mort de la Croix exaspère les passions et provoque son lot d’exigences propres.

Cette histoire des assassinats des Saints Innocents est un pâle reflet de ce qui se passe depuis lors. Même en nos temps dits modernes. Non seulement on fait 125 avortements par jour ouvrable au Québec, mais à chaque jour, des parents, entrant dans le jeu d’Adam et Ève, meurtrissent leurs fils et leurs filles en les punissant, en les châtiant supposément pour leur bien. En les punissant par leurs dissensions, leurs divorces, leurs chicanes, leur alcoolisme, etc. En croyant qu’il faut tout leur montrer, par la force.

Qu’en résulte-t-il pour Adam et Ève, divisés par le Grand Diviseur, le Diable? Au meurtre d’Abel par son frère Caïn. Dans les gangs de nos écoles, il y a des clans qui se font la guerre, ne serait-ce qu’en se tournant en dérision les uns les autres. Le point culminant peut même aller jusqu’à la fomentation de meurtres réels.

L’on on n’est pas plus fin qu’au temps d’Hérode.