structure-christianisme

STRUCTURE DE BASE DU CHRISTIANISME

L’ÊTRE HUMAIN, ÊTRE FINI, DEVANT L’ÉTERNITÉ INFINIE

Dieu, de toute éternité, a décidé de créer l’univers visible et invisible. Un Dieu infiniment tout puissant, mais aussi infiniment humble et Amour infini. Il créa des êtres spirituels comme lui, des êtres intelligents et volontaires, capables d’aimer librement, soit les anges et les hommes. Les hommes n’étant pas de purs esprits, mais hommes et femmes et fils ou filles, sont vraiment son image et sa ressemblance, plus humbles que les anges. Dieu ne pouvait créer des êtres d’une intelligence et d’une volonté infinies, à la liberté infaillible.

Lucifer, pour être entièrement responsable de son opposition à Dieu, devait d’abord avoir pleine conscience d’être sa créature et connaître tous les attributs de son créateur, soit la toute puissance, l’humilité et l’amour. Pleine conscience aussi des conséquences de son possible refus d’être ravalé au rang des derniers, soit le malheur éternel, la solitude, le repli sur soi. Une grâce spéciale a dû lui être accordée étant donné que sa décision allait engager son destin éternel. Il n’accepta pas d’être moins apprécié que tous les autres anges ainsi que les humains, et en plus de les servir, entraînant à sa suite d’autres anges. Il est fort difficile de comprendre que l’être créé le plus intelligent de tous n’ait pas admis son propre état de créature et que le Dieu tout puissant est aussi tout humble et tout amour.

Au premier couple, sans enfant encore, engageant ainsi toute la race humaine, sans exclusion aucune, Dieu présenta son Évangile, à savoir qu’il leur offrait la possibilité de participer à sa vie intime trinitaire. Lucifer, de son côté présenta, comme on le sait, son projet de vivre sans Dieu, centré sur sa propre valeur. Pour parer à la faillibilité de la liberté limitée, créée d’Adam et Ève, Dieu leur donna une grâce spéciale pour saisir tout l’enjeu et toutes les conséquences de leur décision, positive ou négative.

Lire la suite de STRUCTURE DE BASE DU CHRISTIANISME